Solution for a small planet…

Dans la lignée de mon interrogation de la semaine dernière, j’ai décidé cette semaine de vous faire part de mes réflexions sur le premier media global : Internet.

Je me souviens, il y a de ça bientôt 10 ans, la première fois que je me suis connecté à Internet. A l’époque, personne ne connaissait Google, la connexion était ultra lente, mais je pense que ce qui me choquerait le plus si je pouvais revenir en 1998, c’est le contenu. A l’époque, Internet était une belle boite vide. Et pourtant, on en parlait déjà comme l’invention qui allait changer le monde. 

10 ans plus tard, je vis à l’autre bout de la planète ! Je n’ai pas perdu contact avec mes amis, ni ma famille. Mon budget communication est raisonnable. Je peux communiquer avec eux en vidéo par Skype… Je me souviens de mon oncle François et de sa famille qui depuis un bout de temps habite en Nouvelle-Caledonie, à l’époque, on avait très peu de nouvelles : des lettres, surtout. Parfois un coup de fil, mais c’était rarissime. Et puis on a eu les fax, grande révolution parce qu’on recevait les « lettres » immédiatement. On savait tout de suite ce qu’il venait de se passer à l’autre bout du monde. Tout cela parait naturel avec les mail, les blogs, la messagerie instantanée, Skype, Facebook, MSN et les autres. On peut partager ses photos, ses vidéos et c’est à la portée de chacun. 

C’est dingue comme les communications ont été simplifiées. Pour un français, habiter en Australie en 1998 et en 2008 n’a probablement rien à voir. On nous avait promis qu’Internet raccourcirait les distances, je le mesure quotidiennement depuis le début de mon séjour ! 

Qu’en pensez-vous ? Qu’est-ce qu’Internet a changé dans vos vies ?

Publicités

8 Responses to Solution for a small planet…

  1. Pierre deF dit :

    Oh oui tomas !! Internet a révolutionné ma vie !!

  2. Martinus dit :

    Ah ah !! Je rouille comme un ouf depuis qu’il n’y a plus personne à lyon alors j’ai le temps de mettre des commentaires sur les blogs et puisque j’y pensais il n’y a pas très longtemps à l’internet, vecteur de communication, allons-y :

    Je suis assez d’accord pour dire que l’internet et les nouveaux moyens de communication ont révolutionné le monde, mais je me suis demandé si c’était bien. On pourrait gloser des heures durant pour savoir ce u’est la notion du bien mais ce n’est pas là le but de mon propos. En fait, au delà de savoir si c’est bien ou non je me demande ce que cela a apporté ?

    Au risque de décevoir les fanas d’informatiques je ne suis pas sûr que ce soit très positif. Vous constaterez dans les lignes qui vont suivre que ma pensée est un peu réactionnaire et passéiste, je vous aurai prévenu. Allons-y.

    Tout d’abord je me dois de vous faire part du grief traditionnel fait à la communication moderne : quand tu es devant ton ordi t’es pas en train de rencontrer des personnes physiques dont tu découvres toutes les facettes et tout le relief. Pour être plus clair : déjà dans la vie normale on se réfugie tous derrière des combine pour essayer de ne pas montrer ce que l’on est vraiment, mais alors derrière un ordinateur ! La recherche éperdu de la vraie personne est tronquée par les artefacts de la technologie.

    En outre, je ne trouve pas que ce soit parce qu’on a plus de moyen de communication que l’on communique plus. Ou plutôt ce ne sont pas ces moyens de com qui permettent la com. Avec internet, skype et le tutti quanti, on reste dans l’instantané. Je suis en trainde faire un long billet polémique et un peu réfléchi, mais qui va le lire ? thom, peut-être. Parce que ce qu’attend l’internaute ce n’est pas de communiquer ce n’est pas de partager, c’est de se rassurer. Oui m l’internaute, vous n’êtes pas seul. Ou plutôt, vous n’êtes pas seul à être seul. Ainsi rassuré, lhomme moderne peut continuer de s’enfermer dans sa bulle de solitude.

    AVANT, quand on écrivait une lettre de nouvellecalédonie, on prenait le temps de penser à l’interlocuteur, on se demandait ce que l’on voulait lui raconter, quels avaient été les faits marquants qui méritaient l’attention.
    Maintenant on se dit « salut ça va ? – j’ai fait la fête hier soir – c’était cool » on fait partager la tristesse du quotidien, ce faisant on perd le sens de ce qui est essentiel, puisque tout devient racontable car celui qui est dévalorisé c’est celui qui n’a rien à dire.

    Je regrette terriblement de ne pas connaître l’écriture de mes amis. Je regrette terriblement qu’ait été perdue cette marque d’affection personnelle et pensée qu’est la reception d’une lettre. Car j’ai à multiple reprise fait l’expérience, qu’écrire une lettre cela ne se fait plus, ou qu’avec des vieux ou des moines.

    ceux que cela a interessé je peux leur développer d’autres arguments pour ce qui est du commerce et des échanges internationaux…

    (ceci dit je surfe et je communique sur internet ainsi que le prouve ce billet-rien n’est tout blanc, rien n’est tout noir)

    Martin.

  3. thomasandre dit :

    Très bonne réponse de l’ami Martinus, bien argumenté, mais je suis fondamentalement en désaccord !
    Je vais essayer de vous explique pourquoi : Martin, tu part du principe que la communication est de mauvaise qualité sur internet, qu’on ne raconte que des banalités, des lieux communs. Je ne suis pas d’accord : certes, les conversations sur MSN et Facebook dépassent rarement celles que vous pourriez entretenir avec votre boulangère, mais les conversations que vous pouvez avoir sur certains blogs, par exemple, sont d’un niveau de réflexion que vous atteignez sûrement rarement offline.
    De plus, je ne vois pas en quoi la qualité de la communication et le fait qu’elle soit instantanée la rend forcement banale (ou alors, pour augmenter la qualité des communications sur internet, il suffirait d’insérer un décalage artificiel !) C’est un vieil argument qui pour moi est infondé.
    Alors, certes, recevoir un email ne vaut pas d’ouvrir sa boite et d’y voir une belle lettre de celle qu’on aime ou d’un bon ami, de lire son écriture. Et c’est vrai que ça me gonfle que des amis m’apprennent par mail qu’il se marient et qu’ils ne vont pas m’envoyer de carton en Australie… mais je préfère l’apprendre par mail qu’à mon retour en France. Le mail est quelque chose de virtuel, de même que télécharger un disque est incomparable avec le sentiment de désirer un album puis de se l’acheter, on ne peut comparer le mail avec la lettre au niveau émotionnel.

    Pour finir, cette conversation, on ne l’aurait pas eu par courrier et pourtant c’est une réflexion que je pense pouvoir qualifier de qualité, ce qui prouve bien que le media est indépendant de la qualité (ok, elle n’aurait pas eu de sens !)

    J’attend tes arguments sur le commerce international.

  4. Swann dit :

    J’aime beaucoup ce passage de la réponse de Martin :

    « AVANT, quand on écrivait une lettre de nouvellecalédonie, on prenait le temps de penser à l’interlocuteur, on se demandait ce que l’on voulait lui raconter, quels avaient été les faits marquants qui méritaient l’attention.
    Maintenant on se dit “salut ça va ? – j’ai fait la fête hier soir – c’était cool” on fait partager la tristesse du quotidien, ce faisant on perd le sens de ce qui est essentiel, puisque tout devient racontable car celui qui est dévalorisé c’est celui qui n’a rien à dire.

    Je regrette terriblement de ne pas connaître l’écriture de mes amis. Je regrette terriblement qu’ait été perdue cette marque d’affection personnelle et pensée qu’est la reception d’une lettre. Car j’ai à multiple reprise fait l’expérience, qu’écrire une lettre cela ne se fait plus, ou qu’avec des vieux ou des moines. »

    J’ai le même sentiment.

  5. Olivier dit :

    Salut Thomas!
    Je me disais que justement ça faisait un peu de temps que je n’avais jeté un coup d’oeil sur ton Blog. Et quelle surprise!! ça philosophe sévère entres cousins à ce que j’ai pu lire tout en buvant mon ptit café 😉

    Effectivement, votre réflexion est très intéressante. Vos points de vu à Martin et toi sont tout à fait légitimes. Continuez vous êtes sur de bonnes bases!! Perso, je pense qu’Internet est un formidable outil de communication « moderne » mais qu’il ne remplacera jamais les rencontres physiques 1000 fois plus enrichissantes et plus marrantes!
    Je crois que je n’ai jamais entendu quelqu’un me dire « j’ai fais la connaissance d’un e personne extra sur le net ! »…
    Bon, je n’ai malheureusement pas trop le temps de polémiquer bcp plus, faut qd même bosser un peu…
    Mais en tout cas, Thomas, continue à mettre ton blog à jour!
    A+

  6. Martinus dit :

    Quant aux travers de la nouvelle communication sur le commerce et les industries :

    Loin de moi l’idée de repousser la vérité selon laquelle les nouveaux moyens de communication ont servi au développement du commerce et des industries. Mais je m’interroge sur le point de savoir si cela constitue un progrès pour l’Homme.
    En effet, à mon sens, la communication moderne tue l’innovation, et engendre un système incontrôlable dont la finalité est inconnue des Hommes, ce qui, à long terme, devrait entraîner la fin du système actuel.

    L’inventeur génial dont nous parle Aloïs Schumpeter est celui qui fait avancer le monde et l’économie. C’est celui qui est capable de prendre un risque et de se démarquer de la masse, en innovant. Son innovation est créatrice mais elle passe par une phase de destruction des innovations antérieures. On parle de destruction créatrice. Pour ce cher Aloïs, cette destruction créatrice fait avancer la société et est menée de front par l’entrepreneur, inventeur génial et nécessaire.

    Avec la communication moderne cet inventeur ne disparaît pas mais il est soit trop médiatisé, soit pas assez. Il est trop médiatisé en cela que ce sont toujours les mêmes qui font figure d’inventeur, car eux seuls ont suffisamment de moyens pour rendre leur invention publique. Dès lors on assiste à la dictature d’un seul mode de création gouverné par ces innovateurs omnipotents. On peut citer Apple aussi bien que Microsoft.
    Il n’y a plus désormais q’une ou deux façon, d’obtenir un résultat, quel qu’il soit. Cette idée est reprise par tous et s’impose à tous avant qu’ils aient pu eux-même se faire inventeurs d’une solution qui aurait pu être différente. La publicité outrancière d’un type d’innovation ou de solution à un problème, tue toute recherche chez les autres acteurs de la vie économique. On perd alors toute idée de pluralisme, source de richesse.

    Pour continuer sur Apple, parlons de son Ipod. Cet objet est une réussite indéniable. Mais il a été élevé au sommet de la pyramide des lecteurs MP3 pour n’être plus que la seule référence, faisant disparaître toute recherche de progrès pour les autres constructeurs qui auraient pu chercher à se démarquer. Désormais l’Ipod est devenu la seule référence en la matière et impose progressivement le diktat d’une forme de lecteur unique, de coloris tous identiques, de mode de fonctionnement normalisés.

    Si cette réussite avait été circonscrite aux Etats-Unis, l’Europe aurait sûrement développé de son côté un autre appareil du même acabit et répondant aux mêmes exigences techniques. Si bien qu’au lieu de se retrouver avec une seule et unique référence on en trouverait aujourd’hui deux.

    La communication moderne décrète trop tôt qu’une technique est la meilleure du monde sans laisser de place pour une autre technique. C’est vrai en matière d’innovation informatique, mais ça l’est aussi pour le monde de la finance dont l’échec des subprimes est un exemple flagrant, ça l’est aussi en sciences : aujourd’hui on nous assène que le réchauffement climatique est la cause de tous nos maux mais ce n’est certainement pas le seul facteur détraquant la planète. On pourrait multiplier les exemples à l’envi de ces création, idées, théories qui nous sont imposées par la communication moderne et qui prétendent être le reflet du Vrai, de la Vérité universelle.

    De plus la finalité de cette évolution de la communication, largement développée par l’Internet, reste imprécise et incertaine.

    Oui grâce à Internet on a pu réduire les coûts et rendre certaines entreprises plus performantes, oui Internet permet d’aller plus vite dans les affaires et d’être plus pointu. Mais cette rapidité accrue, ce gain plus important, est-ce bon pour l’Homme ?
    Car dans cet univers on perd la dimension humaine. On ne contrôle pas notre monde. On est en train de sacrifier l’humanité pour plus de productivité. Grâce à Internet on sait ce qu’il se passe à l’autre bout de la planète, ce qui a pour conséquence immédiate que l’on s’intéresse moins voire plus du tout à ce se passe chez soi. « L’herbe est toujours plus verte dans le pré du voisin » me rappelait Marguerite, désormais on peut se payer le luxe de le croire et de délaisser son chez soi pour aller voir ailleurs ; entendez par là que l’on abandonne son pays, industrie, mode de pensée… pour ne plus considérer que ce qui a été édifié comme le beau, le vrai, par le world wide web.

    Je suis pour un retour à un monde à taille humaine où le village est l’unité de base et l’artisanat le mode de production.

  7. Cedric dit :

    Bon, alors j’ai lu tout ca hier …

    Internet c’est super ! Pour ma part je communique avec plein de gens qui sont aux 4 coins du monde. Je voyage avec internet pour prendre des billets pas chers. Je contacte des gens pour les rencontrer. C’est rapide, pas cher, efficace et tout et tout !

    La qualite des echanges depend uniquement des utilisateurs : on peut avoir de beaux recits comme des choses anodines !

    Internet permet ce que je suis en train de faire ! Internet permet ce que Thomas est en train de faire !

    Alors evidemment ce n’est pas non plus super cool comme le truc qui est la realite : je suis tout seul en vrai en train d’ecrire ces lignes sur un ecran froid ! Mais en meme temps mon esrpit me dit que je suis en train de partager avec d’autres ma pensee du moment alors ce n’est qu’une autre facon de communiquer !

    Le vrai truc a mon sens c’est de faire internet un outil pour un but precis. si l’on utilise interent pour etre proteger par une sorte d’anonymat virtuel alors oui, on est seul parmi les internautes solos. Moi je rencontre plein de gens via internet et je garde le contact avec d’autres. Sans cet outil j’aurai perdu bien plus d’amis que je n’ai perdu … surtout mes amis etrangers.

    Voila mon opinion. L’important n’est pas dans la nature du concept mais son interaction avec le monde reel ! Ensuite selon le but choisi le concept a une utilite plus ou moins efficace !

    Pour ce qui est des lettresecrites, rien n’empeche personne de prendre un stylo et du papier et d’ecrire quelque ligne pour le plaisir et l’envie. J’ai moins de lettres mais je me rappelle quand mon ex etait aux usa on s’est envoye quelques lettres en plus des dizaines de mails !

    Tout depend de ce que veulent les gens. Internet permet d’augmentaer les probabilites de chances d’arriver a certain but plus facilement et plus rapidement. Alors moi ca me plait.

    Cedric, de Southampton, sud de l’Angleterre, avant de revenir sur Londres avec un billet pris sur le net, prendre un bus aussi pris sur le net, pour enfin arriver a Stansted et revenir au pays avec ryanair toujours booked on the net !

  8. thomasandre dit :

    Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce sujet a déclenché des commentaires de qualité. Cet échange, nous ne l’aurions jamais eu dans la réalité… je me trompe ?

    Tout ça me conforte dans le fait que je vais essayer de vous pondre des billets plus intéressants, plus réfléchis surs des sujets d’actualité, ou pas,
    C’est marrant, depuis ce billet, j’ai très envie de bloguer !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :